Huanaque s’étend dans une vallée desséchée, toute poussière et buissons au milieu des montagnes. Le silence règne: personne dans les rues, mis à part quelques enfants qui nous saluent de loin. Le soleil brûle, mais il souffle un vent froid. Je suis arrivé.
Huanaque s’étend dans une vallée desséchée, toute poussière et buissons au milieu des montagnes. Le silence règne: personne dans les rues, mis à part quelques enfants qui nous saluent de loin. Le soleil brûle, mais il souffle un vent froid. Je suis arrivé.
Je prononce un discours lors de la réunion mensuelle des villageois. Je m’efforce de maintenir un ton suffisamment solennel, en essayant tout de même de les faire sourire de temps en temps, puis les remercie en baragouinant quelques mots d’Aymara, leur langue traditionnelle.
Je prononce un discours lors de la réunion mensuelle des villageois. Je m’efforce de maintenir un ton suffisamment solennel, en essayant tout de même de les faire sourire de temps en temps, puis les remercie en baragouinant quelques mots d’Aymara, leur langue traditionnelle.
Quand j’entre dans la classe, les élèves sont immobiles et en silence, comme s’ils avaient cours. Ils sont seuls: Mario ne s’est pas remis de la terrible cuite d’hier. Ils savaient peut-être que j’allais passer ? Le temps de deux clichés et je sors en les saluant.
Quand j’entre dans la classe, les élèves sont immobiles et en silence, comme s’ils avaient cours. Ils sont seuls: Mario ne s’est pas remis de la terrible cuite d’hier. Ils savaient peut-être que j’allais passer ? Le temps de deux clichés et je sors en les saluant.
Tout va changer. La plupart des paysans, qui passent leurs journées à labourer la terre sous le soleil cuisant, envoient leurs enfants à l’université. Les jeunes deviendront des instituteurs, des agronomes et des ingénieurs et peut-être même qu’un jour ils voyageront en avion.
Tout va changer. La plupart des paysans, qui passent leurs journées à labourer la terre sous le soleil cuisant, envoient leurs enfants à l’université. Les jeunes deviendront des instituteurs, des agronomes et des ingénieurs et peut-être même qu’un jour ils voyageront en avion.
Le grand calme, la nature, les espaces immenses, le silence; la solidarité qu’il y a entre les gens : je me dis qu’au fond ce serait bien de vivre ici. Puis je croise le regard d’un petit garçon : lui, il rêve probablement de s’en aller.
Le grand calme, la nature, les espaces immenses, le silence; la solidarité qu’il y a entre les gens : je me dis qu’au fond ce serait bien de vivre ici. Puis je croise le regard d’un petit garçon : lui, il rêve probablement de s’en aller.
Les paysans se lèvent, prennent au coin du feu un petit déjeuner nourrissant, et quand le soleil est déjà haut, passées les heures les plus froides, ils se mettent en marche vers les champs. Dès que le ciel s’assombrit, ils reprennent la route pour rentrer chez eux avant la nuit.
Les paysans se lèvent, prennent au coin du feu un petit déjeuner nourrissant, et quand le soleil est déjà haut, passées les heures les plus froides, ils se mettent en marche vers les champs. Dès que le ciel s’assombrit, ils reprennent la route pour rentrer chez eux avant la nuit.
Je me demande ce que deviendra le village, s’il vivra, ou si au contraire il s’éteindra bientôt.
Je me demande ce que deviendra le village, s’il vivra, ou si au contraire il s’éteindra bientôt.
Les habitants de Huanaque, essentiellement paysans ou bergers, semblent vivre en équilibre avec leur environnement, malgré un climat rude et des conditions matérielles difficiles. Pourtant, le village se vide : les jeunes s’enfuient, attirés par les lumières de la ville.
Grâce à l’ONG Agronomes et Vétérinaires sans Frontières (AVSF), j’ai pu y passer 2 semaines. Premier étranger à être accueilli au village, mon séjour représentait un test pour le projet de tourisme responsable que les villageois étaient en train de développer avec AVSF.
Au travers de mes images et de notes personnelles, j’ai voulu raconter mon expérience et mes rencontres, ainsi que mes impressions sur les conditions de vie dans le village, à la lumière de mes études universitaires sur la pauvreté rurale.
Signed and numbered (1-15) silver gelatin prints.
Plusieurs images de "Huanaque" ne sont pas publiées sur le site. Merci de me contacter pour plus de détails.
Haut de page